venerdì 26 agosto 2011

POUR WANDA, UN HOMMAGE SANS VISAGE

W A N D A
(poesie)



Est-ce que vous connaissez

le nom de cette jeune fille

sans visage, dévisagée? 

Un plaisant dit que cette fille 

n'avait pas de modestie

mais les jeux  sont fait...


 Je pense plutôt 

que le peintre était l'éhonté...





Je ne suis pas sur de son nom.

Elle semble être assise a Collioure...


 Il faut regarder mieux 

   la partie cachée:

le verso de la peinture!


Le tableau avait été vendu 

chez  Senneliere - Paris.

Je ne comprend rien de plus:

est-ce une oeuvre d'Henri Matisse?

Est-elle sa jeune fille?


De sa nièce une esquisse ?



Peu importe, cette pièce

Je l'appelle WANDA:

"un hommage sans visage",

avec l'amitié d'un sage.

Joackinder, le poète


( ° - ° )


DEUXIEME POEME




Madame Wanda


ce qui est pour Vous négatif "évidemment"

Je le trouve positif dans les livres

parce que l'ame de Matisse me procure sentiment.




J'ai aussì retrouvé d'Amelie son chapeau


qui coiffait la belle téte d'Henriette


déniché à Tanger et dont voici la photo.


En regard a sa dernière esquisse

Margaret est la femme peu banale

la fille d'Henri et d'Amelie Matisse!



Je souhaite Vous dire que je connais le jeu:

j'ai découvert le secret du Saint Graal


et par les musées j'ai reçu les tableaux.

Je dois gagner ce cadeau bien merité

perfectement authentique si je puis me permettre

et dans tous les cas vous devriez les renier !


Evidemment ils ont été déclassés

mais si vous ne pouvez pas l'admettre

pourquoi ne pas me donner votre amitié?


ainsi dans un film le poète chantera

cette mauvaise histoire de foi

et des larmes de joie 


Vous apportera.



Le poete

Umberto Joackim Barbera





Nota: Quest'opera d'arte é stata donata 


all'amico Michele (Miki) Terlizzi


per ringraziarlo di aver creduto


nella sua autenticità.







Il dipinto é ora di proprietà


di Daniela Terlizzi, sua sorella.




( ° - ° )

A T T E N Z I O N E !

Questa ricerca di Joackinder é un esempio di creazione artistica del tutto nuova che ha come fine quello di disorientare il critico d'arte avvezzo ad un approccio metodologico ben diverso, basato non come l'ideazione di Joackinder, creativa ed intuitiva, bensì sull'analisi mnemonica di ciò che il critico abbia davvero studiato, compreso e correlato.

Non vi può essere dialogo costruttivo tra le due metodologie se non vi sia alla fine una comune autenticazione dell'opera.

E' chiaro a tutti che qualora il critico d'arte assuma una opinione diversa, non provata da alcun riscontro, Egli giochi a non riconoscere l'autenticità del dipinto.

( ° - ° )